Enregistrement… 1er Jour…

.

Voila ça y’est… Le 1er jour est arrivé…
On va éviter de faire dans la dégoulinade, mais la nuit fut agitée.
Je suis arrivé frais à 10h au studio (oui ça allait pour être frais) après avoir été chercher des enceintes Génélec. Il est grand, avec une belle pièce à vivre, puis une pièce centrale où se trouve la console et enfin la grande pièce de prise de son.

La première chose faite a été de choisir la première chanson qu’on allait enregistrer (nous sommes 2, le réalisateur Johan Ledoux et moi) puis d’installer le matériel.
La première sera donc « Qu’est ce que tu t’en fous ». Vous pouvez voir que je chante et joue sous les yeux d’un « Gros Bonhomme » souvent appelé Mr Roger, et toujours dessiné par Guillaume Ledoux.

IMG_1466
Premières salves de tests, avec une guitare, puis une autre, puis enregistrement de la voix et de la guitare en même temps puis écoutes avec des tests de mix et de son pour revenir finalement à tout faire en pistes séparées, au métronome bien sur, avec la guitare d’abord puis la voix lead ensuite. Ce qui, en soi, est plus « logique », même si en enregistrement j’ai appris qu’il n’y a pas de règles, à part de se fier à ses oreilles.

Pause déjeuner, 14h30, pour reprendre de plus belle assez rapidement.

On enchaine donc avec un peu de travail sur le son de la guitare, avec l’ami des studio pro, Pro Tools.
Ensuite, je me mets aux autres voix… Car la lead est doublée tout au long de la chanson. Puis je fais les voix harmonisées, surtout pour une partie.
Pro Tools et ces sons nous permettent alors d’amener la chanson déjà un peu plus loin, assez rapidement. Je tairais pour l’instant certains secrets de fabrication (je reviendrai sur cela avec des articles sur le matériel utilisé, et répondrai à toutes les questions que l’on me posera).

19h, ça suffit pour aujourd’hui. Johan a une famille et c’est donc bien normal. On a été efficace, et demain cette chanson sera bouclée.

Pour résumer, aujourd’hui on a mis en place la méthode de travail que l’on s’était déjà dite lors de nos précédentes rencontres.

On s’arrête, on écoute, on affine le son, on refait, on réecoute, on fait une « bonne prise » avec des premiers éléments d’ambiance, on édite… C’est bien. J’avais l’idée de travailler comme ça. Travailler le son en amont des prises puis affiner ensuite pour mixer enfin. J’enregistre donc déjà avec une atmosphère « recherchée » pour la chanson, ce qui amène à réfléchir avant. Chercher plutôt que d’attendre le mix final qui apporterait peut-être des solutions à un souhait non assouvi lors des prises.

Commentaires

commentaires